• V
  • E
  • N
  • D
  • E2
  • E

  • B2

  • D2
  • Bienvenue sur le site dédié à l'actualité

    de la Bande Dessinée en Vendée ...

Le roman maritime dessiné à la Maison des Ecrivains de la Mer de Saint Gilles Croix de Vie

le . Posté dans la catégorie News

 Exposition-Le-roman-maritime-dessine

Petite histoire du roman maritime dessiné.

La nouvelle exposition de la Maison des écrivains de la mer

 

On pourrait dire que les chefs-d’œuvre de la littérature maritime et l’iconographie sont associés depuis fort longtemps. Nous pouvons penser qu’un hiéroglyphe représentant un navire phénicien ou un bateau du Nil résume parfaitement une histoire nautique, c’est aussi une source d’inspiration pour l’écrivain ou l’artiste.

Les enluminures des manuscrits du Moyen Age montrent peu de faits de mer, donc, rapidement nous passerons de l’Antiquité au 19e siècle. Ce dernier nous a donné des gravures splendides, nous vous en présentons dans les vitrines de la Maison des écrivains de la mer à Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Le développement des techniques de l’imprimerie va permettre aux nombreux peintres et dessinateurs de réaliser de merveilleuses images, elles participent à l’attrait du livre. Henri Filippini nous signale dans son article « Du roman à la BD – L’Immanquable n°2 (journal spécialisé dans cet art), qu’à partir de 1939, dans les hebdomadaires l’Epatant puis dans L’AS, René Pellos accommode l’ouvrage de Paul d’Ivoi, Les cinq sous de Lavarède ; curieusement le héros ressemble à Fernandel ! Ensuite, cet artiste va illustrer de nombreux livres maritimes comme : Le Mystère de l’atoll de Stevenson.

Dès 1952, le Journal Mickey propose des BD adaptés de romans, tel Les Enfants du capitaine Grant20 000 lieues sous les mers de Jules Verne. Puis, c’est la presse quotidienne qui exploite le genre. Dans les années 80 la BD se développe, les artistes y participent dans les magazines comme Pilote, Okapi ou Je Bouquine de Bayard Presse, pour citer les plus célèbres.

Nous arrivons à l’ère des albums, comme le dit Henri Filippini  ‘En 1983, les Editions Hachette reprennent le Moby Dick de Jean Ollivier et Paul Gillon paru dans le journal Mickey’.Les Editions Dargaud avec Corteggiani et le dessinateur Michel Faure, proposent une version de l’Île au Trésor. Ensuite, c’est l’explosion éditoriale du genre de la fin des années 90 jusqu’ au début du 21e siècle.

La Maison des écrivains de la mer essaie de montrer cette évolution et expose le meilleur de la bande dessinée maritime d’aujourd’hui.

Stéphane Duval, dessinateur du Gitan des mers, présente une petite autopsie de ses planches, comme il le dit dans son blogue. Vous pourrez découvrir le travail d’Hergé pour réaliser l'image de La Licorne, le navire de Rackham le Rouge. Nous avons, aussi trouvé, les lettres illustrées de Barbe Rouge, célèbre pirate de BD. Il est curieux de voir l’Île au trésor, Moby Dick, etc., déclinés par de nombreux illustrateurs.

 Henri Fillipini le rappelle « Alors que les éditeurs de BD s’apprêtent à flirter eux aussi avec la littérature, il est loin le temps où les écrivains observaient avec dédain ces histoires en images, tout juste bonnes à offrir à des gamins. Aujourd’hui, ce sont eux qui font la queue chez les éditeurs en espérant voir leurs romans devenir BD. ».

Autre temps ‘de la littérature’, autres mœurs littéraires !

 René Moniot Beaumont

 Exposition ouverte de 15h00 à 19h00 à partir du 15 avril le samedi,

et les jeudi, vendredi et samedi du 15 juin au 15 septembre.

 Pour les groupes, toute l'année sur rendez-vous.

Ajouter un commentaire

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

шаблоны joomla 2.5