LESAINT Fanny

Biographie

Devenir auteure de bandes dessinées : c’est son rêve. Son trait, sûr et sec, et sa détermination pourraient bien l’y conduire rapidement. En tout cas, Fanny Lesaint, jeune dessinatrice installée aux Sables d’Olonne, y consacre toute son énergie. “Je dessine depuis que je suis en âge de tenir un crayon… Comme à peu près tous les dessinateurs, confie-t-elle. Comme j’étais fille unique, j’ai appris à m’occuper toute seule et à me créer des univers. J’aime le dessin... et l’histoire lorsqu’elle est impartiale !”

Après un BTS Immobilier à Sainte-Marie-du-Port, Fanny est donc revenue à ses premières amours en intégrant l’école Pivaut à Nantes. Au dessin narratif, on lui conseille rapidement le dessin d’animation 2D. “Ce qui me plaît avant tout, c’est de donner l’illusion du mouvement”, dit-elle. Armée de son carnet de croquis et d’un pinceau chinois, elle a passé ainsi des heures au zoo des Sables à croquer les animaux. Elle a également écumé les festivals de BD pour apprendre, au contact de ceux qu’elle aime. Elle ne cache pas son admiration pour Roger, Eduardo Risso, Christophe Chabouté, Voutch, Bruno Le Floc’h, Didier Cassegrain, sans oublier ses maîtres du moment Sergio Toppi et Dino Battaglia et tant d'autres... “C’est dans la BD que l’on trouve les meilleurs dessinateurs !”

Elle travaille actuellement à adapter en bande dessinée les mémoires de la marquise de La Rochejaquelein, une aristocrate issue d’une famille puissante sous l’Ancien Régime, avec la collaboration du Centre Vendéen de Recherches Historiques. Elle est aussi la créatrice d'une mascotte des Sables d'Olonne, Olive la Sablaise ! 

Ajouter un commentaire

Commentaires (1)

  • Invité (SANTIER JEAN CLAUDE)

    Permalien

    Après avoir apprécié le travail de Fanny Lesaint dans Olive La Sablaise avec Patricia Robineau, j'ai comme pour un "coup de foudre" apprécié le travail de Fanny, c'est une belle personne, d'une humanité rare, et talentueuse, un talent sur qui je parierai volontiers, car la valeur n'attends pas le nombre des années, et j'apprécie ce dessin réaliste, les couleurs.
    l'esthétisation généralisée de notre époque ou son artialisation qui voit proliférer dans la place publique, rejette trois présupposés sur lesquels l'art se fonde depuis la Renaissance: l'art a lieu dans une oeuvre, l'art a lieu par l'intermédiaire d'un auteur, sa présence corporelle, l'art a lieu devant ses agrégats homogénéisés de spectateurs, de publics pluriel
    Sa première bande dessinée m'a beaucoup plu, mais curieusement je ne suis pas du tout étonné, car lorsque c'était un projet, j'étais déjà persuadé de la réussitte de cette réalisation.
    Pourquoi?
    Je pense sans être spécialement averti en BD même si j'ai été ami de Faizant, fanatique de Tintin, d'Astérix, des oeuvres de Batelier, que Fanny Lesaint sait plonger le lecteur dans la vie de la marquise, et ce n'est pas simple,d'être comme celà habité de cette passion et de la transmettre pour que le lecteur puisse s'en imprégner.
    La préface de mon ami Jean Tulard de l'Académie montre bien comme le Centre vendéen de recherches historiques par son encouragement , le goût du graphisme, original et exact historiquement sans trahir les faits de Jean Tulard par son approbation et nous n'avons qu'une hâte, découvrir le volume 2 de l'oeuvre de cette grande artiste, talentueuse dessinatrice et coloriste
    Bravo donc à l'artiste Fanny Lesaint!
    Jean Claude Santier
    Membre du SJPP-OMPP-UIJPLF-UPF
    Consultant TV 5 Monde
    Rédacteur en Chef de World Periodical Press News

шаблоны joomla 2.5